Ces étranges lueurs...

← Retour au journal

février 2017

Je suis sorti...

Je suis sorti et j'ai laissé le soleil couler sur ma peau. C'était chaud. C'était bien. J'ai même fermé les yeux un moment pour mieux profiter. Pour que rien ne vienne troubler ce moment. J'aurais aimé qu'à ce moment là elle soit à côté de moi et je lui aurais pris la main tout simplement. Je sais pas pourquoi mais je me suis senti si bien... Reposé. Le silence ne m'a rien appris de plus, je te dirais. Il n'a rien voulu me dire et ça tombe bien, parce que de toute façon je ne voulais rien savoir, je ne veux plus savoir. J'ai souri parce que là, d'un coup, je me suis rappelé (...)

Dans les grands draps blancs...

Dans les grands draps blancs comme un désert de glace souffle un vent froid. J'y frissonne. J'y cauchemarde. Je n'y dors plus. Je ne veux pas. Je préfère le canapé. Comme un îlot au milieu du salon avec sa fenêtre sur d'autres mondes... Embarqué dans la machine à voyager dans le temps et dans l'espace j'oublie peu à peu les grands draps blancs dans la nuit noire. J'ai mis mes yeux et mon cerveau sous perfusion. J'ai mis ma vie de côté. Je te la laisse. (...)

Soirée cathodique...

Hier. Soirée hypnotique et cathodique. Mon cerveau n'en a pas cru ses yeux tant ces derniers n'étaient pas connectés au premier suscité. Que ce passe t-il quand un légume regarde un navet ? Rien. Moi (inquiet) : C'est grave docteur ? Le docteur (impressionné) : électroencéphalogramme plat. Pas joli joli... Moi (interloqué) : ha. C'est plat à ce point ? Le docteur (suspicieux) : Auriez vous subit une lobotomie ? Moi (????) : euh.... peut être... ha oui une fois. Des amygdales. Le docteur (????) : ????? Moi (pressé d'en finir) : bon... ben alors, on fait quoi ? Le docteur (...)

Je te dirais que oui… Je te dirais que non…

Ai-je fais les bons choix ? Pris les bonnes décisions ? Je te dirais que oui… Je te dirais que non… Les conjonctures étaient différentes. Les enjeux aussi. Les certitudes d'hier ne sont plus celles d'aujourd'hui. Au bout du compte, il ne reste que les conséquences. Des résonances heureuses ou nociceptives… Les conséquences… C'est tout. On avait semé des graines sur les plaines désertiques et nous ne savions pas ce qui allait pousser. Comment aurait on pu le savoir ? On voulait juste que la terre nue et aride devienne luxuriante et prolifique. On a fait couler des rivières de (...)