Ces étranges lueurs...

← Retour au journal

novembre 2016

Ecrire...

Tu avais raison. Tu as toujours raison. Il faut cautériser la vaine hémorragie des sentiments. Il n'est pas trop tard. Mais le temps n'est plus immobile tu sais ? Je l'ai vu se mouvoir. Il rampait sur le cadran. Silencieux et perfide. Avant, je croyais que la nuit était un contre jour et le jour un contretemps. Je m'étais trompé. Je dois rattraper les heures perdues. J'espère trouver les mots et les formules qui feront s'éveiller les horacles. J'ai besoin de conseils. J'ai besoin d'être sûr. Dicerner plus clairement la frontière entre le tort et la raison. La ligne de faille. (...)